Carnet de voyage
       
       

Randonnée à Madère ( 2007)

Commentaires (0)

Livre conseillé

J'ai effectué cette semaine de randonnée dans la partie est de l'ile de Madère. Les paysages traversés furent très variés : chemins de levadas; forêts de lauriers, d'eucalyptus, de bruyères arborescentes, chemin côtier à flanc de falaise, vestiges volcaniques. Mis à part une journée (ascension et descente du Pico Ruivo), le niveau général était aisé, même si certains passages à flanc de falaise furent vertigineux.

 

Le 15 septembre

Décollage de Paris – Charles de Gaulle vers Funchal où j'arrive en début de soirée. Je retrouve le reste du groupe (nous sommes 10 au total) et nous sommes accueillis par notre guide Bruno. Nous partons vers le village de Santo da Serra et passons la nuit à l'hôtel do Santo.

 

Le 16 septembre

Nous partons directement de l'hôtel pour notre première randonnée. Nous entamons une légère montée afin de rejoindre la levada de Ribeiro Frio. Les levadas sont des canaux d'irrigation creusés au début du siècle dernier afin d'amener l'eau des montagnes vers les zones plus sèches de l'ile. A ce jour, elle sont toujours utilisées et entretenues quotidiennement.

 

 

Nous remontons alors cette levada en cheminant à travers une forêt d'eucalyptus, de cèdres et de nombreuses fougères. Le ciel est encombré de nuages accrochés à la montagne et nous ne pouvons pas apprècier le paysage. Néanmoins, la forêt est très belle et très verte pour une fin d'été.

 

 

Nous arrivons dans l'après-midi à Ribeiro Frio et, après une bonne bière, nous prenons le taxi pour rejoindre Santo da Serra. Nous visitons le marché local, puis dinons et passons la nuit à l'hôtel do Santo.

 

Le 17 septembre

Nous prenons le minibus et faisons une première halte à Santana, un village connu pour ces maisons traditionnelles de forme triangulaire, au toit recouvert de chaume.

 

Nous reprenons le minibus direction Queimadas, point de départ de notre randonnée du jour. Nous allons une nouvelle fois suivre une levada. Dès le départ, nous découvrons de nombreux hortensias suavages qui forment de véritables buissons.

 

 

Le ciel est encore couvert, mais le plafond plus haut nous permet de jouir de très jolies vues sur la vallée. Le chemin est parfois vertigineux, à flanc de falaise, mais toujours bien sécurisé. Nous marchons dans la laurisylve, une forêt composée de plusieurs essences de lauriers.

 

 

Nous franchissons quelques tunnels, puis parvenons à Caldeirao Verde, un magnifique cirque de verdure où coule une cascade de 95 m de haut. Nous pique-niquons sur le site, puis reprenons le chemin inverse pour rejoindre Queimadas. Malheureusement, la brume est retombée et les paysages sont de nouveau bouchés.

 

 

Nous reprenons le minibus qui nous ramène à Santo da Serra après une petite pause sous le soleil du bord de mer. Nous visitons le très joli jardin botanique, puis dinons et passons la nuit à l'hôtel do Santo.

 

Le 18 septembre

La journée commence plutôt mal, nous prenons le minibus et descendons vers Porto da Cruz sous la pluie. Nous arrivons sur les falaises en bord de mer pour notre balade du jour. Par chance, la pluie cesse rapidement et le soleil finit par percer les nuages. Nous marchons sur un sentier à flanc de falaise à plusieurs dizaines de mètres au dessus de l'océan.

 

Nous profitons de la vue bien dégagée sur Porto Santo, une ile dépendant de Madère située à une cinquantaine de km au large. A l'est se découpe la pointe de Sao Lourenço qui marque la limite est de Madère.

 

Nous pique-niquons à Boca do Risco sur un magnifique balcon ouvert sur l'atlantique. Dernière nous se trouvent les premières habitations et les cultures en terrasse de la ville de Machico. Nous y descendons et rejoignons notre hôtel Residencial Familia, situé à quelques mètres de la plage de sable noir et du port de Machico.

 

Le 19 septembre

La journée débute par un superbe lever de soleil sur la baie de Machico avant d'aller prendre le bus local pour la pointe de Sao Lourenço.

 

Cette pointe marque l'extrémité est de l'ile de Madère. Nous marchons dans un milieu minéral, complètement différent de la végétation semi-tropicale des jours précédents. Seules quelques herbes rases poussent ici. La côte est très accidentée et les falaises érodées nous révèlent le passé volcanique de Madère, notamment les très impressionantes cheminées de lave.

 

Nous gravissons le point culminant de cette pointe et profitons d'un superbe panorama à 360 degrés. Nous distinguons l'aéroport de Santa Cruz, les villes de Caniçal et Machico ainsi que les bassins d'élevage de dorades installés dans une baie toute proche.

 

La descente est un peu glissante, nous passons à côté de la Casa do Sardinha entourée de palmiers et rejoignons une petite crique. Nous nous baignons dans l'eau cristalline et pique-niquons dans ce lieu enchanteur. Puis, nous retournons au parking prendre le bus qui nous ramène à Machico où nous passons le reste de l'après-midi (les glaces y sont excellentes !!!). Nous dinons et passons la nuit à la Residencial Familia.

 

Le 20 septembre

Lever matinal pour la plus longue journée de la semaine. Nous prenons le minibus qui nous amène au sommet du Pico Arreiro. Il fait encore nuit et le vent est glacial. Mais, nous sommes au dessus de la mer de nuages et allons assister au lever du soleil.

 

Après quelques longues minutes d'attente, l'astre du jour se montre enfin au dessus des nuages et nous découvrons petit à petit le magnifique panorama qui nous entoure. Les sommets bloquent les nuages qui arrivent du nord et nous comprenons mieux pourquoi nous avons randonné dans les brumes les deux premiers jours.

 

Nous prenons le chemin vers le Pico Ruivo, point culminant de l'ile (1862 m) dans une environnement érodé et façonné par d'anciennes éruptions volcaniques. C'est la première fois que nous faisons un dénivelé important et le souffle est court. Mais, la récompense est là au sommet, sous forme d'un très beau panorama.

 

Malheureusement, les nuages finissent par gagner la partie et l'horizon se bouche. Nous pique-niquons au sommet et, après une petite sieste, entamons la très longue descente vers Curral das Freiras, soit plus de 1200 m de dénivelé négatif qui font souffrir les jambes et les genoux. Enfin arrivés au village, nous prenons le bus qui nous conduit à Funchal. Nous passons la nuit à l'hôtel do Carmo.

 

Le 21 septembre

Nous avons quartier libre à Funchal pour la matinée. Je commence par une balade au marché (Mercado dos Lavradores) où l'on vend de tout : fleurs, semences, fruits et légumes du pays (bananes, patates douces, fruits de la passion entre autres), viande et poisson. Notamment l'espada (rien à voir avec l'espadon), un long poisson de fond à la gueule plantée de dents acérées, qui est souvent accomodé avec des bananes (nous le testerons ce soir).

Je continue ma promenade sur le front de mer et le port où j'observe quelques oiseaux (bergeronnettes, tournepierres, bécasseaux, sternes et goélands). Puis, je passe par le très joli parc Santa Catarina planté de nombreuses essences d'arbres tropicaux pour rentrer à l'hôtel.

 

L'après-midi est consacré à une petite randonnée sur les hauteurs de Funchal vers le village de Monte. Nous suivons une levada et profitons de quelques jolies vues sur la capitale de Madère. Nous terminons par la visite du petit jardin botanique de Monte (malheureusement peu fleuri à cette époque) avant de prendre le bus et rentrer à l'hôtel do Carmo où nous passons la nuit après un dernier diner sur le port.

 

Le 22 septembre

Dernière heures à Madère avant de reprendre le vol du retour vers Paris.